Entre dystopie et conte philosophique…

Amin Maalouf

Editions Grasset septembre 2020

à paraitre en poche septembre 2021

Amin Maalouf nous offre un roman inattendu traité avec brio. Une apparence de roman d’anticipation qui veut faire le point sur notre société mondialisée : en sommes-nous au point de devoir par nous-mêmes envisager de changer de paradigmes ? Envisager unilatéralement un désarmement mondial au risque de déclencher la solution finale ? C’est ce que l’Amérique, encore toute puissante, envisage… Et c’est ici que l’inattendu intervient, un inattendu bouleversant : la paralysie totale de toutes nos infrastructures techniques, énergie, réseaux divers, médias… Déjà, le témoin apparaît comme un marginalisé, un humoriste retiré sur un ilôt désert de Bretagne, un solitaire en quête de paix et d’harmonie. Voilà de quoi réfléchir aux prémices de notre civilisation et au résultat présent… Alors ? L’intervention, est-elle le fait de « frères » philantropes ou bien d’envahisseurs? ou les deux à la fois ? Comment accepter la perte de notre toute puissance et la main tendue d’humains supérieurs à nous ?

Je n’ai pu m’empêcher (que notre frère Amin Maalouf m’en excuse) de retrouver dans ce personnage du témoin des accents apostoliques et dans ce « peuple frère inattendu » une nouvelle incarnation de Jésus… un « sauveur », capable de toute puissance, qui ne peut que disparaître. Si mon hypothèse est exacte, la référence à la civilisation grecque, dans sa quête d’harmonie, permet d’éviter toute censure laïcarde tout en reprenant une de nos racines.

Yves Ellul

                                                                                                        

Cet article a été publié dans Blog, Recension d'ouvrages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.